Les crises vues du bon coté

mardi 1er mai 2012

Les 3 crises : financière, énergétique et climatique

Pendant que les pays jugulent la crise financière en jouant de l’accélérateur ( encouragement à consommer davantage) et du frein des économies ( politiques d’austérité) pour gagner quelques points de croissance, la crise énergétique ne désarme pas pour autant, couronnée par le changement climatique si embarassant que certains le contestent.

Premier saut sur le "schèma de la marelle"

Le premier réflexe - sur le schéma de la marelle, c’est le questionnement initial prélude au changement de paradigme - dans la phase de reconnnaissance des crises est naturellement est d’envisager "le changement à l’identique " : ainsi, faute de pouvoir imaginer un mode de vie sans voitures, la fin de la production pétrolière stimule l’apparition des véhicules électriques. De plus, différents produits de susbtitution aux énergies fossiles sont envisagés : tour à tour, l’hydrogène est préssentie comme le remplaçant naturel des produits pétroliers puis l’énergie éolienne ou solaire etc
De fait, il est difficile d’imaginer les changements profonds résultant des perturbations touchant les fondements de nos sociétés. Est-ce la raison pour laquelle certains auteurs voient dans les crises non pas une obligation à faire face à des difficultés dérangeants nos cadres habituels de vie mais entrevoient déjà "leurs bons cotés" : ainsi tel écologiste [1] voit d’un bon oeil le réchauffement climatique qui permettrait à la vigne de prospérer jusqu’au Danemark ! Tel autre, oubliant les nombreux réfugiés climatiques à venir, voit dans le dépassement de la limite des 2 C d’élévation de température un adoucissement des températures hivernales inhospitalières.

JPEG - 25.4 ko
Silo de raffineries à Rotterdam
La forme sphérique est un atout pour la transformation en Oil Silo Home

Des architectes danois ont , dans le même état d’esprit, envisagé la fin du stockage des produits prétroliers : les silos pourraient être ré-utilisés pour promouvoir un habitat basse énergie. Certes, l’idée de ré-aménager des silos (à grains) ou des containers pour les rendre habitables n’est pas nouvelle. Mais, un pas de plus est franchi : les silos désormais inutiles pour l’industrie pétrolière seront transportés à la convenance des nouveaux habitants.

JPEG - 180 ko
L’après-pétrole dèjà imaginé
Les Silos de l’après-pétrole servent de logements "basse-énergie"( Crédits : Pink Cloud)

Naturellement, l’aménagement de ces "Oil Silo Home" tient compte du dernier cri des technologies du développement durable.

JPEG - 110.2 ko
Aménagement intérieur d’un Oil Silo Home

A quand un usage inattendu des plattes-formes pétrolières, des oleoducs ou des tours de raffinage ?


[1Je remercie F. E. W de m’avoir ouvert les yeux sur ce point


Sur le Web : OIL SILO HOME