Un organe construit commme une maquette

dimanche 1er avril 2012

De la surface au volume puis à la matière vivante

On connait les profonds changements introduits dans les bureaux par la photocopieuse : une imprimante vient déposer un jet d’encre sur une surface qui reproduit fidèlement un original. Passant de la surface au volume, l’imprimante 3D permet de reproduire des objets origninaux comme des maquettes d’architectes, de designer ou des pièces pour l’aéronautique. [1] Il suffisait d’adjoindre à cette technique de reproduction d’objets ( le plus souvent des prototypes) des logiciels de CAO (Conception Assistée par Ordinateur) pour, non plus reproduire des originaux, mais pour en concevoir. De la matière est déposée couche par couche sur un support de colle selon un structure pour façonner l’objet conçu par ordinateur.

JPEG - 8.8 ko
Prototypes crées par ordinateur
Des objets sont copiés ou crées par stéréolithographie

Des objets à la nourriture

Sur le même principe, differents ingrédients culinaires, au lieu d’être incorporés sont simplement "imprimés" sur des pizzas, des gateaux pour leur glaçage [2]

De la nourriture à des organes

Le même principe a été appliqué par des chercheurs du MIT pour le compte de la une société américaine pour produire des tissus vivants . Quelques quantités de muscle cardiaques, de poumons et de vaisseaux sanguins prêts à être transplantés ont pu être " imprimés" par ce procédé.

La colle utilisée par les imprimantes 3D pour agglutiner les fines particules a été remplacée par un hydrogel qui, comme la colle, à l’aide d’une tête d’impression "imprime" couche par couche la structure de l’organe. Une autre tête d’impression dépose dans une boîte, couche après couche, les cellules elles-mêmes avec une précision de l’ordre du micron.

Le processus peut donc s’écrire :

A="Les photocopieuses impriment des originaux"

Par substitution, on obtient :

A="Les imprimantes impriment des textes"

Par passage de la surface au volume :

A="Les imprimantes 3D "impriment" des objets"

ou bien, appliqué par analogie aux aliments

A="Les imprimantes 3D alimentaires glacent les gâteaux"

Si l’on substitue les cellules vivantes aux particules collées selon une structure :

A="Les bio-imprimantes 3D "impriment" des tissus organiques "

Des organes après les tissus

Dans le futur, on peut même espèrer pouvoir substituer des organes aux tissus et écrire :

A="Les bio-imprimantes 3D "impriment" des organes "

Faire face à l’insuffisance des dons d’organes est désormais possible.


[1Cette technologie a été mise au point par le MIT (Massachussetts Institute of Technology).

[2Mis au point par le professeur Hod Lipson directeur du Cornell University’s Computational Synthesis Lab (CCSL) et deux de ses collaborateurs Dan Périard et Evan Malone