Le centre de gravité

de toutes les explications du monde

est un ensemble vide qui provoque chez le savant

l'horreur- horror vacui des anciens -qu'il calme de

son explication du monde.

 

 

Participez au Forum
"Brainstorming en ligne"
Exprimez-vous sur "Novum corpus"
Weblog

Présentation

Processus

 

Questionnements

Téléchargements

Glossaire

Citations

(Sur CDS/ISIS/UNESCO)

Publications de l' auteur

Liens

Le rayonnement uranique précurseur de la radioactivité

Les Becquerel | Accueil | Birkeland
H Becquerel est le troisième d'une lignée de physiciens

 

Henri Becquerel

  (1852-1908)

 

De la fluorescence aux rayons uraniques.

Le 20 janvier 1896, Henri Becquerel, sur une idée d'Henri Poincaré, après quelques difficultés se décide à expérimenter sur le sulfate double d'uranyle et de potassium pour savoir si leur fluorescence est de même nature que les rayons X. Ces composés uraniques font partie de l'héritage familial centré sur l'étude de la luminescence.

Son observation s'écrit :

Le sulfate double d'uranyle et de potassium excité par la lumière émet un rayonnement.

Le lundi 24 fèvrier, H. Becquerel constate qu'un rayonnement émanent du sel phosphorescent impressionne une plaque photographique.Le dimanche 1 er mars, lorsque le soleil réapparait, Henri Becquerel continue son investigation. Il s'étonne alors que l'une des plaques restée dans le tiroir pendant plusieurs jours ait été impresionnée bien qu'à l'abri du soleil. Les sels d'uranium émettent donc un rayonnement sans excitation préalable à la lumière.

On notera l'anomalie :

=Les sels d'uranium, sans excitation à la lumière émettent un rayonnement

=-A

Des rayons uraniques à la radioactivité

Le 2 mars, Henri Becquerel annonce la découverte des rayons uraniques à l'Académie des Sciences.

A la même époque, Marie SKLODOWSKA, choisit come sujet de thèse l'étude des nouveaux rayonnements uraniques de BECQUEREL. Quatre mois plus tard, l'épouse de Pierre Curie présente à l'Académie des Sciences une note dans laquelle elle confirme - comme BECQUEREL l'avait déjà énoncé - que le rayonnement uranique est aussi une propriété des composés de thorium et de certains sels minéraux comme la pechblende ou la chalcolite. Marie CURIE donne le nom de "radioactivité" à l'émission par différents corps chimiques de rayonnements analogues à ceux de l'uranium.